Nouvelles générales

Rugby en fauteuil roulant Canada présente Les femmes dans le sport : Melissa Lacroix, physiologiste à l’ICSO

Rôle : Physiologiste à l’Institut canadien du sport de l’Ontario

Qu’est-ce qu’une ÉIS?

Une ÉIS est une équipe intégrée de soutien. C’est-à-dire une équipe d’experts en sciences du sport et en médecine du sport qui soutient les athlètes et les entraîneurs dans tous les domaines de la santé, du bien-être et de la performance. L’ÉIS de l’équipe nationale de rugby en fauteuil roulant travaille en collaboration avec une équipe transdisciplinaire, et elle est en constante évolution. Le noyau de l’ÉIS est composé de thérapeutes du sport, de médecins du sport, de physiologistes, d’entraîneurs de musculation et de conditionnement physique, de consultants en performance mentale, de nutritionnistes, d’analystes de performance et de biomécaniciens, de spécialistes des données et de gestionnaires d’équipement.

Quelle est l’importance des sciences du sport?

La science du sport est un volet important de la compétition dans le sport de haut niveau. Le rôle principal d’une ou un scientifique du sport est d’aider à optimiser la performance mentale et physique de l’athlète en appliquant des méthodes fondées sur des preuves afin de soutenir les entraîneurs et les athlètes dans leur processus de prise de décision en ce qui concerne la gestion de leur santé, de leur bien-être et de leur performance.

Qu’avez-vous appris en travaillant au sein de l’équipe nationale?

J’ai beaucoup appris en faisant partie de ce programme, auprès des athlètes, des entraîneurs et du personnel au fil des ans. Mes plus grands apprentissages en tant que scientifique du sport et leader ont été les suivants.

  1. Avoir un état d’esprit axé sur les personnes. Les relations sont à la base de tout ce que nous faisons, donc établir des relations solides avec les athlètes, les entraîneurs et le personnel est ce qui compte le plus et aura le plus grand impact.
  2. Être une bonne résolutrice de problèmes et une innovatrice. Il est important d’apprendre constamment, de grandir, de maintenir un état d’esprit ouvert et surtout d’être créatifs dans la façon dont nous abordons les problèmes en tant que scientifiques et leaders du sport. Ces qualités sont encore plus importantes dans le sport pour athlètes ayant un handicap, étant donné le peu de recherche et de connaissances disponibles dans le sport paralympique de haut niveau.
  3. L’importance de la collaboration – Nous pouvons faire beaucoup plus ensemble que seuls. Les athlètes m’ont appris l’importance de les inclure, eux et les entraîneurs, dans tous les processus, et j’ai appris la valeur du travail en collaboration avec notre personnel et d’autres praticiens du réseau à l’échelle nationale et internationale.
  4. Le sport paralympique n’en est qu’à ses débuts – Nous avons encore beaucoup à apprendre et beaucoup de frontières à repousser dans les domaines de la science et de la médecine du sport, de la recherche et de l’innovation et, surtout, de l’équité pour le sport paralympique.

L’article et la photo avec la permission de Rugby en fauteuil roulant Canada.