Modèles sportifs de la communauté noire – Gavin Smellie

mardi, 4 mai, 2021

Célébrons les modèles sportifs de la communauté noire

Gavin Smellie - athlétisme

 

par Aaron Sanders

 

Gavin Smellie fait preuve de trois qualités qui font le succès des athlètes : la persévérance, l’adaptabilité et le leadership. Ces caractéristiques l’aident à représenter le Canada en athlétisme.

Gavin est né à Kingston, en Jamaïque. C’est là que Gavin a allumé la télévision et regardé les Jeux olympiques pour la première fois. À 10 ans, il a regardé la légende jamaïco-canadienne Donovan Bailey et l’icône olympique des États-Unis Michael Johnson lors des Jeux de 1996 à Atlanta.

« À cet âge, c’était un spectacle incroyable à voir », a déclaré Smellie. « Rien qu’en regardant le sprint de 100 m, l’épreuve principale, il n’y a aucun doute que ces gars (Bailey et Johnson) m’ont inspiré à sortir, à enfiler une paire de crampons et à voir ce que je peux faire. »

La famille Smellie a déménagé au Canada alors qu’il a 14 ans. Quatre ans plus tard, Smellie a été transférée à la Dante Alighieri Academy à North York, en Ontario. Il voulait jouer au soccer, mais n’a pas pu jouer la première année en raison des règles de transfert de l’école. Au lieu de cela, il a participé à d’autres sports comme le volley-ball, le badminton et l’athlétisme. Lorsqu’il a été admis au football en deuxième année, Smellie a joué et s’est rendu au championnat de l’OFSAA avec les équipes de football et d’athlétisme. Le problème était que les deux tournois se déroulaient pendant la même fin de semaine. Il a choisi l’athlétisme, car c’était un sport individuel, ce qui facilitait le recrutement et il était bien plus performant dans ce sport que dans le football. Il a terminé deuxième au sprint de 200 mètres et troisième au sprint de 100 mètres au tournoi de l’OFSAA.

La première chance de Smellie de représenter le Canada s’est présentée aux Universiades d’été de 2007, où il s’est classé cinquième à l’épreuve du 200 mètres. Il est passé à 0,35 seconde de la médaille d’or. Deux ans plus tard, Smellie est revenu à l’événement et a participé à deux épreuves : le 200 m, une fois de plus, et le relais 4x100 m. Il s’est classé sixième et huitième. Lui et le Canada se sont classés respectivement sixième et huitième en 2009.


Gavin en cours d’exécution. Photo: Toronto Star

Gavin a ensuite participé à quatre reprises aux championnats du monde de l’IAAF (maintenant appelée World Athletics) entre 2009 et 2017. En 2011, il était en train de courir dans la course de relais 4x100m et c’est fait une entorse à l’ischio-jambier. Malgré la douleur, Gavin a tenu bon jusqu’à la fin de la course. La blessure l’a mis hors jeu pendant environ un mois et l’a rendu encore plus impatient pour l’année suivante.

À l’âge de 26 ans, Gavin Smellie et l’Équipe Canada ont participé aux Jeux olympiques de 2012 à Londres, en Angleterre. Ils se sont rendus jusqu’à la ronde finale du relais 4x100 m. Cependant, ils ont été disqualifiés lorsque l’un des coureurs n’est pas resté à l’intérieur de sa limite. Un résultat qui leur a coûté la médaille de bronze.

L’expérience des Jeux de Londres a soudé encore plus l’équipe d’athlétisme qui s’est entraînée pour le prochain événement mondial : les Championnats du monde 2013. Gavin est revenu sur la scène de l’IAAF et a tenté sa chance à l’épreuve du 4x100 m avec son équipe une fois de plus. Cette fois, l’Équipe Canada est montée sur le podium et a remporté la médaille de bronze avec un temps de 37,92 secondes. Un moment rempli de victoire et de persévérance.

« Nous avons réalisé un temps encore plus rapide et c’était assez incroyable, sachant que le record canadien n’était pas très loin », a déclaré Smellie. « J’étais très content de cette situation [et] nous nous sommes quelque peu rachetés. C’était un sentiment extraordinaire. »

Les Jeux du Commonwealth étaient les prochains sur le programme de Gavin, où il a participé à deux reprises en 2014 et 2018. Son meilleur résultat lors de ces deux participations a été une huitième place à l’épreuve du 200 m aux Jeux de 2014.

Dans l’ordre habituel: Gavin Smellie, Brendon Rodney, Aaron Brown et Andre De Grasse aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto. Photo: Harry Jerome Classique
 

En 2017, Gavin et l’Équipe Canada sont montés sur scène lors des relais mondiaux. Ils ont ramené la médaille d’or au Canada après avoir remporté la course de relais 4x200 m.

En 2018, Gavin avait 32 ans, était père et sentait que sa carrière touchait à sa fin. Mais il voulait tout de même terminer l’année sur une bonne note. Il a participé à une rencontre en Floride où il a battu l’ancien champion du monde Tyson Gay au sprint de 100 m. Moins d’une semaine plus tard, il a participé au Johnny Loaring Classic à Windsor, en Ontario. C’était un événement auquel Gavin ne voulait pas participer en raison de la météo. Mais grâce à son entraîneur, il est revenu sur sa décision et s’est rendu dans la City of Roses. Il a eu plus que ce qu’il avait prévu, alors que les prévisions annonçaient de la pluie ce jour-là.

« Lors des préliminaires, j’avais les genoux dans les flaques d’eau [à la position de départ] et je me disais : ça n’a pas de sens », a déclaré Smellie. « Ce sera très lent. » « Quand le pistolet a retenti, j’ai couru de mon mieux pour voir ce que je pouvais faire sous la pluie. »

La météo capricieuse a ajusté son plan de jeu lors du tour préliminaire, mais il s’est tout de même qualifié. Finalement, le temps s’est éclairci et le décor était mis en place pour les finales. Avec une piste presque complètement sèche, Gavin a tout donné.

« Je savais que lors des préliminaires je me retenais, mais en finale, je me suis juste lancé sans penser à autre chose », a déclaré Smellie. « Lorsque le pistolet a retenti, je n’ai jamais été aussi rapide dans ma vie et j’ai continué à tout donner. »

Non seulement Gavin a-t-il réussi à gagner, mais il a également établi un nouveau record personnel en remportant le sprint de 100 m masculin avec 10,01 secondes. À l’époque, il s’agissait du quatrième meilleur temps au monde. Au final, Gavin était reconnaissant d’avoir participé à la Johnny Loaring Classic. Cela lui a prouvé que, même à 32 ans, il était toujours au sommet de sa forme.


Course de Gavin à Londres 2017. Photo: Adrian Dennis / Getty Images
 

« En y repensant, le fait que je voulais simplement y aller et m’amuser, je me suis libéré de toute pression et cela m’a permis d’obtenir d’excellents résultats », a déclaré Smellie.

L’expérience d’être un athlète olympique canadien s’accompagne d’une croissance. Smellie affirme que l’athlétisme lui a appris un certain nombre de choses précieuses, ainsi que des conseils à transmettre aux futurs athlètes.

« Ce sport vous enseigne les principes fondamentaux de la vie : la discipline [et] le travail acharné », a déclaré Smellie. « Rien ne sera facile. Soyez respectueux, car si vous n’êtes pas respectueux dans ce sport, cela pourrait vraiment vous nuire. [Pour les compétitions,] s’ils savent que vous avez une mauvaise réputation, ils ne vous inviteront pas. »

En tant que modèle pour les générations futures, Gavin prend cela à cœur. En tant que Jamaïcain-Canadien, il espère que les gens se souviendront de lui pour avoir apporté une aide précieuse à la jeune génération.

« Donner l’exemple est une bonne chose », a déclaré Smellie. « Le leadership est une chose importante maintenant. J’ai l’impression que nous avons besoin de plus de Noirs dans des rôles de leadership où les enfants peuvent s’inspirer. S’ils ne le voient pas, ils ne le feront pas. S’ils continuent à voir, [par exemple] des joueurs de NBA, ils peuvent penser que c’est leur place. S’ils voient un médecin, un ingénieur ou un pompier, ils peuvent se dire : « Wow, on peut faire ça aussi ». »

La diversité est importante dans le sport et Smellie espère que tout le monde, quel que soit le milieu, aura une chance équitable de se faire un nom.

« Pour que tout le monde ait la même chance et ne soit pas lésé », a déclaré Smellie. « J’ai l’impression que la diversité est une belle chose. Nous voulons que tout soit le même pour tout le monde. Je ne veux pas que des choses soient données aux [personnes de race noire]. Je veux qu’ils le gagnent au même niveau que tout le monde. »

Gavin aux Jeux Olympiques de Londres 2012. Photo: Gavin Smellie, Facebook.
 

Une personne qui est un excellent exemple de diversité dans la vie de Gavin est son ancien entraîneur, le médaillé d’or Glenroy Gilbert. Il est actuellement l’entraîneur en chef d’Athlétisme Canada et Gavin affirme que le travail acharné de Gilbert en tant qu’entraîneur a porté ses fruits.

« Le voir au poste d’entraîneur en chef est une chose magnifique, car je l’ai vu gravir les échelons et mériter ce poste », a déclaré Smellie. « Pour lui, il a tellement accompli que c’était même difficile pour eux de le lui enlever.»

Aujourd’hui âgé de 35 ans et père de deux filles (Sydney et Naomi), l’avenir de Smellie est rempli d’un grand potentiel sur et en dehors de la piste. Donc, quelle est la suite?

« Je veux vraiment redonner aux enfants », a déclaré Smellie. « Je ne peux vraiment pas me limiter parce que je suis encore dans le sport. Je veux accomplir le plus de choses possible. Et quand j’aurai terminé, je serai peut-être entraîneur, dans le marketing, peut-être entrepreneur. On ne sait jamais. »

 

-FIN-

 

Aaron Sanders est journaliste et présentateur pour l’équipe de basketball Windsor Express de la Ligue Nationale de Basketball (LNB) du Canada et pour l’athlétisme des Saints du St. Clair College. Il est aussi créateur de contenu pour la LNB du Canada. Il est également l’annonceur maison pour l’athlétisme universitaire, dont l’athlétisme des Lancers de l’Université de Windsor et le football d’Essex Ravens

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles