L’Ontario renforce son engagement envers la sécurité des athlètes à l’occasion de la Journée de la Loi Rowan

mercredi, 29 septembre, 2021

La province investit dans le soutien à la santé mentale et dans une culture sportive saine

TORONTO - Le gouvernement de l’Ontario investit jusqu’à 125 000 $ en partenariat avec l’Association canadienne pour la santé mentale, division de l’Ontario, pour continuer à tirer parti du succès international de la Loi Rowan, qui a créé un environnement plus sûr pour les athlètes qui pratiquent des sports.

Le financement permettra de sensibiliser les gens à l’impact des blessures sportives sur la santé mentale et de fournir des ressources éducatives aux entraîneurs et aux parents pour les aider à reconnaître les symptômes du stress, de l’anxiété et de la dépression afin de s’assurer que les jeunes athlètes reçoivent le soutien essentiel dont ils ont besoin pour s’épanouir.

« Cette année, nous marquons la quatrième édition de la Journée de la Loi Rowan, alors que les sports reprennent en toute sécurité dans nos communautés et nos écoles », a déclaré Lisa MacLeod, ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture. « En tant que chef de file mondial en matière de sécurité contre les commotions cérébrales, il est impératif que l’Ontario continue de sensibiliser les gens aux commotions cérébrales et à leurs effets persistants sur la santé physique, émotionnelle et mentale d’un athlète. La Loi Rowan reste la pierre angulaire de notre engagement à créer une culture sportive sûre pour tous les athlètes. Aucun athlète ne devrait être soumis à un préjudice physique ou mental lorsqu’il pratique un sport. »

L’Association canadienne pour la santé mentale utilisera les fonds pour étendre ses programmes éducatifs visant à promouvoir la santé mentale des jeunes athlètes, notamment :

Modules interactifs d’apprentissage en ligne pour les entraîneurs

Vidéos éducatives pour les jeunes athlètes, adaptées à des groupes d’âge spécifiques et à des contenus particuliers tels que la santé mentale par rapport au bien-être mental et la gestion du stress, de l’anxiété et de la dépression.

Un microsite sur la santé mentale et le sport amateur qui servira de point d’entrée vers des modules, des vidéos et des ressources téléchargeables et des ressources pour les médias sociaux.

Le gouvernement a également publié aujourd’hui le troisième rapport d’étape sur la Loi de Rowan, qui décrit le leadership de la province dans le domaine de la sécurité des commotions cérébrales. Le rapport souligne la mise en œuvre réussie de la majorité des recommandations du Comité consultatif de la Loi Rowan.

À ce jour, l’Ontario a mis en œuvre 13 des 21 recommandations formulées par le Comité consultatif de la Loi Rowan, et quatre autres recommandations devraient être mises en œuvre d’ici mars 2022.

« La moitié de la population de l’Ontario aura ou a eu un problème de santé mentale avant l’âge de 40 ans, et environ 70 % des problèmes de santé mentale se manifestent pendant l’enfance ou l’adolescence », a déclaré Michael Tibollo, ministre associé délégué à la Santé mentale et à la Lutte contre les dépendances. « Je m’engage à travailler avec la ministre MacLeod pour faire en sorte que nos enfants, nos jeunes et leurs parents aient accès à des soutiens en santé mentale de la plus haute qualité, tout en ayant les conversations importantes concernant la sensibilisation et l’éducation aux commotions cérébrales. »

« L’Ontario a créé une formation obligatoire sur les risques de traumatismes crâniens et la sensibilisation aux commotions cérébrales pour honorer l’héritage de Rowan Stringer et pour sauver des vies », a déclaré Stephen Lecce, ministre de l’Éducation. « Alors que les élèves retournent à un apprentissage plus normal cette année - avec des sports, de l’éducation physique et d’autres activités - il s’agit d’un rappel opportun de notre obligation partagée de la sécurité des élèves dans la salle de classe, le terrain de jeu et le terrain de sport. »

« L’Association canadienne pour la santé mentale est fière de soutenir la santé mentale des athlètes grâce à ses partenariats avec le hockey junior, le sport post-secondaire et les sports mineurs », a déclaré Camille Quenneville, directrice générale de l’ACSM Ontario. « Nous sommes ravis de collaborer avec le gouvernement pour offrir d’autres soutiens en matière de santé mentale à la communauté du sport amateur, en fournissant aux athlètes des aptitudes à la vie quotidienne qu’ils peuvent utiliser sur ou en dehors de la patinoire, du court ou du terrain de jeu. »

La Loi Rowan de 2018 sur la sécurité en matière de commotions cérébrales, a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée législative de l’Ontario en mars 2018. La loi désigne le dernier mercredi de septembre comme « Journée de la Loi Rowan » en hommage à la mémoire de Rowan Stringer, une joueuse de rugby d’Ottawa âgée de 17 ans qui est décédée au printemps 2013 d’une affection connue sous le nom de syndrome du deuxième impact, ou d’un gonflement catastrophique du cerveau. L’Ontario honore l’héritage de Rowan en rendant le sport plus sûr pour tous.

 

Faits en bref

Les commotions cérébrales représentent plus de 20 % (soit plus d’une sur cinq) des blessures subies par les élèves de l’Ontario et traitées par un médecin ou une infirmière praticienne. Les élèves ontariens qui déclarent avoir subi un traumatisme crânien sont deux fois plus susceptibles de faire état d’une grande détresse émotionnelle et d’une moindre réussite scolaire.

En 2020, le gouvernement a investi 200 000 $ dans un documentaire créé par la Concussion Legacy Foundation Canada pour souligner les impacts des commotions cérébrales dans le sport amateur et mettre en valeur la vie de Rowan Stringer. La sortie du documentaire est prévue pour 2022.

À compter du 1er janvier 2022, la Loi Rowan exigera des organisations de sport amateur qu’elles établissent des protocoles de retrait du sport et de retour au sport afin de garantir qu’un athlète soit immédiatement retiré du sport s’il a subi une commotion cérébrale ou s’il est soupçonné d’en avoir subi une. La Loi exigera également que les athlètes obtiennent une autorisation médicale d’un médecin ou d’une infirmière praticienne avant d’être autorisés à reprendre l’entraînement, la pratique ou la compétition.

Depuis le 1er juillet 2019, les athlètes, les parents, les entraîneurs, les formateurs d’équipe et les officiels sont tenus d’examiner les ressources de sensibilisation aux commotions cérébrales et le code de conduite en matière de commotions cérébrales de leur organisation sportive, le cas échéant.

Le photo et l’actualité avec la permission du Gouvernement de l’Ontario.

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles