De la pandémie au podium : Retour au sport à l’ICSO (Partie 1: Reese Morgan et Kris Robertson)

mercredi, 21 octobre, 2020
young athlete, adult strength & conditioning staff, sheild logo with title and CSIO medallion logo

L’Institut canadien du sport de l’Ontario croit au pouvoir du sport et à ses principes unificateurs à l’échelle mondiale. Au cours de la pandémie de la COVID-19, nous avons été forcés de nous adapter à une nouvelle réalité et de nous unir pour nous soutenir mutuellement de diverses façons. Cette série d’articles en 4 parties, rédigée par le journaliste sportif lauréat de nombreux prix David Grossman, a été conçue pour mettre en valeur nos athlètes résilients et les praticiens qui ont joué un rôle déterminant dans leur retour au sport.

 

« Les gens vivent des situations bien pires que la mienne en ce moment et je dois me soucier de mon bien-être tout en essayant de rester concentrée sur l’entraînement. »

- Reese Morgan     

 

Par David Grossman

Elle est toujours plus à l’aise avec un ballon de rugby.

Rencontrez Reese Morgan, une jeune femme de 17 ans, brillante et intellectuelle, qui a des rêves, des capacités et une détermination à réussir. Brillante universitaire, elle est aussi une athlète. Disons simplement qu’elle est une talentueuse joueuse de rugby qui allie puissance physique et attitude mentale positive.

Morgan a peut-être attrapé le virus du rugby par son grand-père et son père, qui pratiquaient tous deux ce sport. Ou bien son amour du sport a pu être accentué, pendant les années de formation, en jouant dans l’équipe de son école secondaire à Northern Secondary. En 11e année, elle était une membre importante de l’équipe de championnat du District School Board de Toronto.

Il y a aussi beaucoup de rugby communautaire qui comprend des équipes comme les Amazons de Toronto et les Barberians d’Aurora. Ce n’était une question de temps avant qu’elle ne soit reconnue par ceux qui connaissent bien le jeu. Et c’est arrivé. Morgan a été sélectionnée pour faire partie de l’équipe de rugby moins de 16 de l’Ontario.

Photo a: Reese Morgan

Pour la jeune fille née à Chicago qui, à l’âge de trois ans, est venue au Canada avec sa famille, le chemin était et reste encore parsemé de promesses.

Son travail acharné a été récompensé par une invitation à l’Académie de développement de Rugby Canada au cours de l’été 2019. Encore jeune et ayant encore beaucoup à apprendre, Morgan se rapprochait de son but ultime. Son objectif serait de gagner une place dans l’équipe nationale du Canada.

Une chose est devenue de plus en plus évidente : sa soif d’excellence au rugby et ses études sont toujours inextricablement liées. Morgan ne doute pas.

Débordante d’enthousiasme, elle doit interrompre son chemin vers le triomphe au début de l’année 2019. Elle a été touchée par un virus qui allait devenir une pandémie affectant les populations du monde entier de nombreuses façons. Pour Morgan, c’était comme courir avec un ballon de rugby contre un mur de briques.

Photo a: Sandro Fiorino

« Tout semblait s’arrêter, et il était difficile de se concentrer et de trouver la motivation », se souvient-elle. « Il y avait beaucoup d’anxiété et de stress, j’étais mentalement épuisée et inquiète de ce qui se passait et je savais que ce n’était pas seulement moi. Je ne savais pas quoi croire, je me demandais si (la pandémie) allait disparaître. »

Le rugby est important, mais la priorité était de rester en bonne santé tout en pensant à se maintenir en bonne forme physique. Se concentrer sur le développement du sport en période de virus aurait pu signifier retarder les choses - ou même raccrocher le maillot de compétition pour certains. Pas pour Morgan!

« Un ensemble de personnes, d’amis et de famille m’ont énormément aidée pendant cette période difficile », a-t-elle déclaré. « Les gens vivent des situations bien pires que la mienne en ce moment et je dois me soucier de mon bien-être tout en essayant de rester concentrée sur l’entraînement. »

Cet entraînement, à un moment donné, revenait à lancer un ballon de rugby avec son père dans le jardin. Puis, elle a passé à trois ou quatre entraînements par semaine au gymnase de l’Institut canadien du sport de l’Ontario (CISO), à environ une heure de chez elle. Pour s’y rendre, il fallait faire du covoiturage avec des amis de rugby.

« Je me sens mieux maintenant, plus productive, motivée et en bonne forme physique », a déclaré Morgan. « Je suis consciente des choses, prudente et j’essaie d’être optimiste. C’est vraiment difficile. Je comprends qu’il n’est pas nécessaire de déprimer pour des choses sur lesquelles je n’ai aucun contrôle. »

Connaître l’obsession de Morgan pour le sport et la santé, c’est aussi comprendre sa force intérieure pour s’adapter à tout obstacle et retrouver sa place sur le chemin de la progression.

Morgan a un lien réel avec ses entraîneurs et ses conseillers. Parmi ceux-ci, Kris Robertson, dont elle fait l’éloge, sait tout sur la volonté et le développement physique.

Ancien professionnel de la Ligue canadienne de football, Robertson est aujourd’hui entraîneur en chef de la force et du conditionnement physique à Rugby Canada et responsable de fonctions et d’un développement similaires à l’ICSO. Son expérience et ses certifications ont été très utiles pour aider Morgan à sortir d’une période ennuyeuse et improductive de plusieurs mois d’incertitude.

« Son engagement et son dévouement à un travail sérieux sont l’un des meilleurs que j’ai jamais vus chez un athlète », a déclaré Robertson. « Elle a une forte volonté et beaucoup de persévérance. Tout en étant disciplinée et orientée vers un objectif. Je suis très impressionné et nous sommes ici (à l’ICSO) pour aider des personnes comme elle qui ne cessent de saisir les occasions qui se présentent. »

Même si Morgan ne cherche pas à se faire acclamer, elle sait que cela vient avec sa façon de jouer sur le terrain de rugby. Bien que le rugby ait donné une identité à Morgan, le défi difficile est de maintenir le développement personnel pendant cette période de pandémie.

« Une minute, elle est connectée à tout le monde et puis ça s’arrête », a déclaré Robertson. « Bien que cela puisse être un facteur sérieux pour les athlètes, elle a beaucoup amélioré sa vitesse, sa condition physique et ses habitudes. Je ne crois pas que je pourrais faire ce qu’elle a fait.

« Je regarde ce qu’elle a accompli et je suis fier », dit-il. « Je me suis engagé dans cette carrière pour aider parce que je sais ce que la force a fait pour moi. Bien que nous sommes confrontés au coronavirus, elle est consciente, mais aussi très à l’écoute et cherche des moyens de développer des talents extraordinaires. »

 Photo a: Kris Robertson, CSIO

Alors que certains jeunes athlètes peuvent être têtus, Morgan a été une source d’inspiration avec une curiosité implacable. Sandro Fiorino reconnaît son talent sportif.

« Je l’ai rencontrée quand elle avait 12 ou 13 ans et je peux vous dire qu’elle est sur la bonne voie, se dirigeant vers son ultime objectif et étant l’une des meilleures joueuses de rugby de la province », a déclaré Fiorino, Entraîneur-chef de l’équipe nationale senior féminine 15 et chef de programme pour l’Académie Canada Sevens. « Le fait est qu’elle a beaucoup travaillé et qu’elle s’est distinguée au sein de l’équipe canadienne des moins de 18. Elle est sur la bonne voie. »

Morgan, bien qu’enthousiaste à l’idée de porter le rouge et le blanc de son pays, sait que les choses ne se font pas du jour au lendemain.

Rugby toss. Photo courtesy of: Sandro Fiorino

« J’espère vraiment faire partie de l’équipe nationale un jour, ce serait passionnant, mais j’en suis loin pour l’instant.

La famille de Morgan a peut-être de nombreux albums photo et il y a de quoi se réjouir, mais il reste encore beaucoup à faire avant de conquérir la montagne en tant que membre de l’équipe senior du Canada, capable de relever les défis de la compétition mondiale.

-

 

David Grossman est un journaliste chevronné, lauréat de nombreux prix, diffuseur auprès de certains des principaux médias canadiens, notamment le Toronto Star et SPORTSNET 590 THE FAN, et professionnel des relations publiques depuis plus de 45 ans dans le domaine des sports et des relations gouvernementales au Canada

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles