ÉTAT DʼESPRIT POUR LES JEUX : COMMENT LES CONSEILLERS EN PERFORMANCE MENTALE DE LʼICSO AIDENT LES ATHLÈTES À SE PRÉPARER POUR LES JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES

jeudi, 18 janvier, 2018
ÉTAT DʼESPRIT POUR LES JEUX : COMMENT LES CONSEILLERS EN PERFORMANCE MENTALE DE LʼICSO AIDENT LES ATHLÈTES À SE PRÉPARER POUR LES JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES

À l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de 2018, les conseillers en performance mentale de l’ICSO sont actuellement à pied d’œuvre pour aider nos athlètes olympiens et paralympiens à se préparer pour les Jeux à venir. Une grande partie du travail effectué à ce moment-ci consiste à aider les athlètes à canaliser leur attention et à se conditionner à offrir le meilleur d’eux-mêmes aux Jeux.

Bien que cela puisse sembler paradoxal, les conseillers en performance mentale s’efforcent notamment, en collaboration avec les athlètes, à trouver comment s’assurer que les Jeux ne déconcentrent pas ces derniers. Les Jeux olympiques et paralympiques sont uniques sur de nombreux plans. L’attention médiatique, l’apparat, la fierté nationale, les foules plus imposantes et les attentes inévitables – tant personnelles qu’externes – sont autant de facteurs qui doivent être pris en compte, dans l’optique de minimiser leurs répercussions.

Les gens sont souvent étonnés dʼapprendre que des athlètes n’ont pas assisté à la cérémonie dʼouverture. Certains se disent : « Ne sont-ils pas là pour cette raison? », mais ils ne réalisent pas le temps que cela requiert ni le stress que cela cause. À ceux qui renoncent à participer à la cérémonie d’ouverture parce que leur épreuve est trop rapprochée de celle-ci et que cela les fatiguerait trop physiquement s’ajoutent les athlètes qui s’abstiennent d’y assister pour la simple raison qu’il s’agit d’un événement incroyablement stressant. Les athlètes doivent souvent se mobiliser plusieurs heures avant la cérémonie et prévoir un certain temps pour retourner au village des athlètes à la fin de celle-ci. Ainsi, la cérémonie d’ouverture se transforme en une journée de 12 à 14 heures.

Voilà l’un des nombreux aspects sur lequel nos conseillers en performance mentale travaillent avec les athlètes à l’approche des Jeux olympiques. Ils doivent déterminer comment assurer un juste équilibre entre l’immersion dans une expérience qui s’avère souvent unique et le fait que les athlètes sont aux Jeux à titre de compétiteurs et non de touristes. Il est important notamment de parler et de convenir avant les Jeux de la routine à adopter là-bas, des moments à consacrer à l’entraînement et des moments propices aux loisirs. De cette façon, sur place, il ne restera qu’à suivre le programme établi.

Quant à la performance sportive, la discussion ne porte pas uniquement sur ce que les athlètes veulent accomplir ni sur les objectifs précis visés lors des Jeux; elle gravite abondamment autour du processus qu’ils envisagent d’adopter pour atteindre ces objectifs. Sur quoi doivent-ils se concentrer? Comment devraient-ils structurer leurs routines de façon à maximiser leurs chances de réussir? Comment peuvent-ils puiser dans tous les efforts déployés jusqu’à présent pour y acquérir la confiance nécessaire pour se convaincre qu’ils sont prêts à performer?

Être en mesure de performer est une chose. Mais les athlètes arriveront-ils à performer si leur routine habituelle est chamboulée en raison des diverses distractions qui se présenteront lors des Jeux olympiques ou paralympiques? Sont-ils habitués d’avoir une caméra littéralement dans leur visage jusqu’au moment de s’exécuter? Sont-ils prêts à répondre aux questions sur leur performance à la seconde où ils mettent les pieds sur la patinoire?

De la même façon que les équipes de la NFL s’entraînent dans le bruit de la foule pour se préparer à jouer dans des stades reconnus pour être particulièrement bruyants, les conseillers en performance mentale de l’ICSO s’évertuent souvent, avec les athlètes, à cerner les distractions ou les facteurs de stress spécifiques aux Jeux et à trouver des manières de les introduire aux séances d’entraînement ou, à tout le moins, de préparer les athlètes à y faire face.

La plupart des athlètes s’entraînent dans des conditions similaires, car cela peut grandement les aider à vivre l’expérience unique qui les attend aux Jeux olympiques ou paralympiques.

 

À propos de l’Institut canadien du sport de l’Ontario

L’Institut canadien du sport de l’Ontario (ICSO) est un organisme sans but lucratif qui se consacre à la quête de l’excellence en offrant des programmes, des services et un leadership de calibre mondial aux athlètes et aux entraîneurs de haut niveau afin d’améliorer leur capacité à monter sur le podium au niveau international. L’ICSO offre aux athlètes un éventail de services en sciences et médecine du sport, notamment dans les domaines de la nutrition, la physiologie, la biomécanique, la préparation physique, la performance mentale, la thérapie sportive et les services de subsistance. L’ICSO offre également des programmes et des services à des organismes sportifs nationaux et provinciaux, ainsi qu’à leurs entraîneurs, afin de renforcer les structures sportives en Ontario et au Canada.

L’ICSO offre ses services à environ 700 athlètes de haut niveau et 250 entraîneurs à ses installations principales du Centre sportif panaméricain de Toronto, à son emplacement satellite du Centre de cyclisme national Mattamy à Milton et à ses environnements d’entraînement quotidien partout en Ontario. L’ICSO fait partie d’un vaste réseau de quatre instituts et de trois centres multisports à l’échelle du pays, le Réseau des instituts du sport olympique et paralympique du Canada, en partenariat avec le Comité olympique canadien et le Comité paralympique canadien. L’ICSO bénéficie du soutien du ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport, de Sport Canada, d’À nous le podium et de l’Association canadienne des entraîneurs, ainsi que des organismes sportifs nationaux et provinciaux du secteur.  www.csiontario.ca/fr

-30-

Rédigé par : Rolf Wagschal, conseiller en performance mentale et conseiller de Plan de match, Institut canadien du sport de l’Ontario

Personne-ressource pour les médias :

Laura Albright, Gestionnaire des communications et des activités

Institut canadien du sport de l’Ontario

Tél. : 416 596-1240, poste 238

Courriel : lalbright@csiontario.ca

www.csiontario.ca/fr

Catégorie de nouvelles: 

Dernières nouvelles