Nouvelles de l'ISHPO
Nouvelles générales

McIntosh et Masse remportent l’or pour marquer une soirée historique aux championnats du monde

BUDAPEST, Hongrie – Summer McIntosh et Kylie Masse remportent l’or pour le Canada, tandis que Joshua Liendo et le relais 4×200 m libre féminin obtiennent le bronze ce mercredi aux championnats du monde de natation de la FINA.

C’est la première fois que le Canada remporte deux médailles d’or le même jour à des championnats du monde. L’équipe canadienne a plus que doublé sa récolte, passant de trois à sept médailles, soit deux d’or, trois d’argent et deux de bronze.

Au 200 m papillon féminin, McIntosh, 15 ans, a pris le contrôle de la course à la fin de la troisième longueur et s’est envolée vers l’or en 2:05,20. Ce temps est un record canadien, un record mondial junior et le temps le plus rapide enregistré cette année.

Elle est également la plus jeune championne du monde du Canada, abaissant le record détenu par Victor Davis qui avait 18 ans lorsqu’il a remporté le 200 m brasse masculin en 1982.

L’Américaine Hali Flickinger a remporté l’argent en 2:06,08 et la Chinoise Yufei Zhang a pris la troisième place en 2:06,32.

« J’ai assurément poussé un peu plus le premier 50 m et le deuxième 100 m », a dit McIntosh, du centre de haute performance-Ontario, savourant son premier titre mondial en carrière et sa deuxième médaille cette semaine. « Je n’ai pas vraiment réfléchi jusqu’aux 50 derniers mètres. J’ai juste tout donné et mis toute mon énergie et toute ma concentration à toucher le mur aussi vite que possible. »

McIntosh est la première athlète du Canada à accéder au podium du 200 m papillon aux championnats du monde.

« L’un de mes plus grands rêves était d’être sacrée championne du monde », a déclaré McIntosh, membre de l’équipe olympique l’été dernier. « En particulier au 200 m papillon parce que c’est l’une de mes épreuves préférées. »

« Summer, en collaboration avec son entraineur Ryan Mallette, a fait un travail fantastique pour se préparer à ces championnats du monde », a déclaré John Atkinson, directeur de la haute performance et entraineur national de Natation Canada.

« C’est une jeune femme très déterminée et organisée qui nage un vaste éventail d’épreuves. Les gens commencent maintenant à la connaitre et elle a encore quelques courses cette semaine. »

Au 50 m dos, Masse semblait être légèrement en retard à l’approche du mur, mais un ultime effort lui a permis de prendre la tête en 27,31 secondes.

La nageuse du CHP-Ontario est la première Canadienne triple championne du monde. Elle avait remporté l’or au 100 m dos en 2017 et 2019. Les nageurs américains Katie Ledecky et Caeleb Dressel sont les seuls autres à avoir remporté l’or lors des trois derniers mondiaux.

L’Américaine Katharine Berkoff a terminé deuxième en 27,39 et la Française Analia Pigree troisième en 27,40.

« C’est assez incroyable », a déclaré Masse, médaillée d’argent au 100 m dos lundi. Elle compte désormais sept médailles de championnat du monde en carrière. « J’ai constaté la progression de mon 50 m dos au cours des deux dernières années. J’ai acquis beaucoup de force et j’ai beaucoup travaillé sur ma vitesse. Je ne pouvais rien demander de plus que de monter sur le podium. »

« Je suis vraiment contente. »

Il s’agit de la première médaille du Canada au 50 m dos aux championnats du monde.

Ingrid Wilm, de Calgary, est arrivée au pied du podium en un temps de 27,43 à sa première participation aux championnats.

« Ma touche était horrible », a déclaré Wilm, qui a établi des records personnels dans la ronde préliminaire (27,55) puis en demi-finales (27,39). « Je sais que je peux faire mieux que ça. Il y a des bons jours et des mauvais jours. »

Au 100 m libre masculin, le Roumain David Popovici s’est imposé en 47,58. Le Français Maxime Grousset a décroché la médaille d’argent en 47,64 et Liendo a récolté sa première médaille mondiale en grand bassin en se hissant au troisième rang en 47,71.

Liendo, qui s’entraine au CHP-Ontario, était le meneur à mi-course avec un temps de 22,53.

« Dans une course aussi serrée, on en veut toujours un peu plus, je ne vais pas mentir », a dit Liendo, 19 ans, qui remporte la première médaille du Canada à cette épreuve depuis la médaille d’argent de Brent Hayden en 2011. « J’ai un peu mieux nagé les 50 premiers mètres. Évidemment, les 50 derniers mètres ont été une lutte et ça s’est joué à la touche. »

Liendo est le premier nageur noir canadien à remporter une médaille aux championnats du monde en grand bassin.

Au relais 4×200 m libre féminin, les États-Unis ont établi un record des championnats en 7:41,75. L’Australie a terminé deuxième en 7:43,86 et les Canadiennes ont suivi en 7:44,76.

Les nageuses canadiennes de la finale étaient McIntosh, Kayla Sanchez, Taylor Ruck et Penny Oleksiak. Lors des préliminaires, l’équipe était composée de Mary-Sophie Harvey, Katerine Savard, Rebecca Smith ainsi que Ruck. Elles recevront aussi une médaille.

« C’était amusant comme course », a déclaré Oleksiak, dernière nageuse du relais à s’élancer. « C’était un doublé difficile pour moi, mais être entourée de ces filles m’a vraiment aidé. »

« Penny est une jeune femme formidable au sein de l’équipe qui sait maintenant ce qu’elle veut faire et ce qu’elle veut accomplir », a déclaré Atkinson. « Elle a été essentielle sur les deux relais et à la finale du 100 m libre demain soir également ».

Le temps de 1:54,79 de McIntosh est également un nouveau record mondial junior au 200 m libre.

« Nous nous nourrissons vraiment de l’énergie de chacune », a-t-elle déclaré. « Je suis vraiment fière de toute l’équipe, de la manière dont nous avons exécuté notre course et de la façon dont nous avons tout donné. D’avoir réussi ce record est un bonus. »

McIntosh a compartimenté ses deux finales de la session.

« Je ne réalise pas encore ce que je viens de faire », a-t-elle dit. « On dirait deux soirées différentes. J’ai vraiment essayé de séparer les deux finales et de me concentrer sur chacune d’elles individuellement. »

Deux Canadiennes se sont qualifiées pour la finale du 100 m libre féminin. Lors des demi-finales de mercredi soir, Oleksiak et Sanchez, toutes deux du CHP-Ontario, se sont classées quatrième et sixième en 53,18 et 53,61.

Ce sera la première finale individuelle de Sanchez en trois participations aux championnats du monde.

« J’étais vraiment motivée pour cette demi-finale », a déclaré Sanchez. « Mon objectif était de me dépasser après les préliminaires et de me qualifier pour la finale. J’en ai encore plus à donner. »

Kelsey Wog, de Winnipeg, s’est qualifiée en cinquième position pour la finale du 200 m brasse féminin. Elle a signé un temps de 2:23,82 en demi-finale après avoir été la plus rapide lors des préliminaires en 2:24,37.

« Je me suis dit de ne pas regarder les temps de la demi-finale avant moi », a déclaré Wog. « Je me suis concentrée sur moi-même et je suis vraiment fière de la course que j’ai exécutée. C’est mon meilleur temps en compétition internationale et j’ai hâte de m’en inspirer pour la finale ».

Ont été éliminés dans les rondes préliminaires du matin Richie Stokes, de Calgary, 17e au 200 m dos en 1:59,86 et James Dergousoff, de Vancouver, 23e au 200 m brasse en 2:13,89.

« Nous construisons cette culture d’équipe depuis 10 ans », a déclaré Atkinson au sujet de la journée sans doute la plus fructueuse de l’histoire du Canada aux championnats du monde. « Tout le monde a un rôle important à jouer dans l’équipe et nous travaillons ensemble. »

« Dans tous les grands Jeux ou championnats, il y a des hauts et des bas. Nous nous soutenons les uns les autres et notre culture d’équipe est excellente, ce qui nous permet d’avancer », a-t-il ajouté. « C’est une compétition de huit jours, et chacun se concentre sur ce qu’il doit faire pour se préparer et récupérer. Chacun suit son propre chemin pour atteindre cette performance et nous nous soutenons tous en tant qu’équipe. »

L’action se poursuit jusqu’à samedi prochain pour les 27 nageurs canadiens en piscine. Les sessions préliminaires débutent à 3h HE/12h HP. Les finales commencent à midi HE et 9h HP. Toutes les finales sont diffusées en direct sur les plateformes numériques de CBC Sports : le service de diffusion en continu gratuit CBC Gem, cbcsports.ca, et l’application CBC Sports pour les appareils iOS et Android.

Les championnats du monde se poursuivent jusqu’au 3 juillet, la compétition de natation en eau libre suivra celle en piscine. Le Canada a remporté huit médailles en piscine (2 or, six bronze) et une (bronze) en eau libre lors de l’édition 2019 à Gwangju, en Corée du Sud.

Cliquez ici pour les résultats complets.

La photo et l’actualité avec la permission de Swimming Canada Natation.