Nouvelles de l'ISHPO
Nouvelles générales

Mac Neil, Liendo et le relais féminin complètent la récolte record aux championnats du monde en petit bassin

ABOU DHABI – Maggie Mac Neil a remporté sa deuxième médaille d’or en individuel et a aidé le Canada à décrocher l’argent au relais 4 x 100 m quatre nages féminin, tandis que Joshua Liendo a ajouté une médaille de bronze à la récolte record de l’équipe canadienne aux Championnats du monde de la FINA (25 m).

Grâce à ces trois médailles, le Canada termine la compétition de six jours par une récolte record de 15 médailles (sept d’or, six d’argent et deux de bronze), presque le double de sa meilleure récolte précédente de huit médailles en 1999 et 2016. Le Canada termine donc au deuxième rang du tableau des médailles derrière les États-Unis, avec plus de médailles qu’à ses huit derniers championnats du monde en petit bassin combinés.

Mac Neil était quatrième à mi-chemin de la finale du 100 m papillon, mais elle est revenue en force et a inscrit un record canadien en touchant le mur la première à 55,04 secondes. La Suédoise Louise Hansson est arrivée deuxième en 55,10, et l’Américaine Claire Curzan, troisième en 55,39.

« C’était la course la plus stressante que j’ai faite de l’année », dit Mac Neil, de London, en Ontario, également détentrice des titres de championne olympique et championne du monde en grand bassin au 100 m papillon. « Je savais que ce serait une course serrée. »

Quelques minutes plus tard, elle a nagé la portion de papillon dans le relais 4 x 100 m quatre nages féminin, aidant le Canada à décrocher l’argent en 3:47,36 et à inscrire un record canadien. Kylie Masse et Sydney Pickrem du Centre de haute performance (CHP) de l’Ontario ont été les premières à nager, suivies de Mac Neil et Kayla Sanchez, également du CHP-Ontario, qui ont terminé la course. La Suède a remporté l’or en 3:46,20, et la Chine, le bronze en 3:47,41.

« J’étais étrangement calme, dit Sanchez à propos de sa portion de style libre. Je savais que je devais rester détendue dans les 50 derniers mètres et, si tout se jouait dans les derniers mètres, que j’aurais encore quelque chose à donner. Dans les 25 derniers mètres, j’ai vu que j’allais devoir me battre. J’étais heureuse de voir le résultat et de faire une bonne course pour mes coéquipières. »

Katherine Savard du club CAMO de Montréal et Summer McIntosh du CHP-Ontario ont nagé durant les préliminaires et recevront également une médaille.

Masse a ajouté une médaille à sa récolte de 11 médailles en carrière et à son titre de nageuse canadienne la plus décorée des championnats du monde de la FINA (petit bassin et grand bassin combinés).

Au 100 m libre masculin, Liendo a remporté le bronze en inscrivant son meilleur temps personnel, soit 45,82, et en réussissant pour la première fois un temps sous les 46 secondes. L’Italien Alessandro Miressi a remporté l’or en 45,57 et l’Américain Ryan Held, le bronze en 45,63.

« J’essaie encore de tout assimiler », explique Liendo, âgé de 19 ans et trois fois médaillé à ces championnats. « La chose la plus importante pour moi, à cette compétition, était juste d’apprendre, mais je me retrouve déjà dans le groupe des gros nageurs. L’expérience est incroyable et je suis impatient pour l’avenir. »

Tessa Cieplucha de Georgetown, en Ontario, a fini en sixième position au 200 m brasse féminin en inscrivant son meilleur temps, soit 2:19,99 secondes. L’Américaine Emily Escovedo a remporté l’épreuve en 2:17,85. Evgenila Chikunova de la fédération russe de natation a terminé deuxième en 2:17,88, tandis que Molly Renshaw de la Grande-Bretagne est arrivée en troisième en 2:17,96.

« C’était mon meilleur temps par plus d’une seconde et mon premier temps sous les 2 minutes 20 secondes, alors je suis contente de ce résultat », explique Cieplucha, championne au 400 m QNI au jour 1 de la compétition. « Je continue d’apprendre à nager cette course, j’ai essayé de pousser un peu plus dans la première moitié. »

Le Canada a terminé sixième au relais 4 x 50 m libre en 1:35,87. L’équipe se composait de Sanchez du Centre de haute performance (CHP) de l’Ontario, Mac Neil, Savard et Rebecca Smith de l’Université de Calgary.
Les États-Unis ont remporté l’épreuve en 1:34,22, suivis de la Suède en deuxième position (1:34,54) et des Pays-Bas en troisième position (1:34,89).

John Atkinson, directeur de la haute performance et entraineur national de Natation Canada, souligne que tous les records individuels et d’équipes du Canada aux mondiaux en petit bassin sont trop nombreux pour tous les énumérer.

« Nous avons été compétitifs durant toute la compétition, du jour 1 au jour 6, dit Atkinson. Ça s’explique par l’éthique de travail et le professionnalisme de nos athlètes, nos entraineurs et de notre personnel de soutien, travaillant durant toutes les séries préliminaires et les finales pour offrir le meilleur soutien aux athlètes. Les athlètes ont réussi toute une série de performances fantastiques ici, et ça positionne tout le monde pour ce qui s’en vient en 2022, dont des jeux et des championnats d’envergure au calendrier. »

L’équipe a suivi les protocoles d’atténuation des risques de la COVID-19 durant la compétition, à l’hôtel, lors des repas, à bord des autobus et au site de compétition. Les protocoles incluaient des tests PCR réguliers, la distanciation sociale, le port du masque et la désinfection des mains. L’équipe a aussi limité les contacts en dehors du groupe.

Le médecin de l’équipe nationale, le Dr Steve Keeler, et l’équipe de la haute direction ont travaillé avec la FINA et le comité d’organisation et ont communiqué régulièrement des mises à jour et de l’information dès leur publication à l’équipe. Tous les membres de l’équipe ont reçu des résultats négatifs pour les tests de dépistage de la COVID-19 qu’ils ont passés conformément aux protocoles préalables à un voyage.

« Tous les membres de l’équipe ont très bien géré la situation à Abou Dhabi », souligne Keeler.

Atkinson a indiqué que Natation Canada continuera de surveiller l’évolution de la situation en réponse au nouveau variant Omicron de la COVID-19.

« Nous sommes conscients que le gouvernement du Canada a mis en place de nouvelles restrictions concernant les voyages non essentiels et susceptibles d’affecter la tenue d’activités comme les camps d’entrainement, dit-il. Nous encourageons les clubs, les nageurs, les entraineurs, les officiels et les bénévoles à suivre toutes les directives pertinentes et à être proactifs dans leur planification étant donné que des protocoles plus stricts pourraient être établis pour l’entrainement ou affecter certaines compétitions. Nous savons aussi que les clubs travailleront avec leur association provinciale pour suivre la règlementation spécifique à leur province.

« Natation Canada poursuit la planification de 2022. Des plans sont en place pour les Essais d’avril et la période qui suivra. Nous continuerons de nous adapter selon les besoins et de revoir tous nos plans et toutes nos activités en tenant compte des conseils médicaux et des restrictions de voyage. Nous ferons une mise à jour de nos plans de 2022 l’an prochain. »

Rappelons que neuf femmes et trois hommes, tous membres de l’équipe canadienne des Jeux olympiques de Tokyo 2020, participaient à la compétition de six jours.

Les prochains championnats du monde en petit bassin se tiendront du 17 au 22 décembre 2022 à Kazan, en Russie.

Tous les résultats (site en anglais) : https://www.omegatiming.com/2021/15th-fina-world-swimming-championships-25m-live-results
L’article : Swimming Canada

La photo : Natation Canada/Simone Castrovillari