Nouvelles générales

Le Canada conclut les Championnats du monde 2022 avec une quatrième médaille

La clôture de la session de l’après-midi du jour 10 a marqué la fin des Championnats du monde d’athlétisme 2022, théâtre d’un événement historique marquée de performances épiques.

Équipe Canada n’a qu’à comptabiliser ses résultats pour parler de succès, décrochant quatre médailles, établissant trois records nationaux, six records personnels et 15 performances parmi les 10 meilleures.

Des réalisations musclées sur la piste, la route et dans les épreuves de pelouse ont marqué la 10e et dernière journée de compétition pour Équipe Canada. Devant une foule de partisans qui ne voulaient pas voir cette compétition prendre fin, Moh Ahmed a plongé au fil d’arrivée en quête de médaille, le relais féminin du 4×400 m a lutté contre les meilleures au monde et Pierce Lepage a offert le meilleur décathlon de sa vie. Voici les principales histoires canadiennes qui ont brillamment conclu ces 10 journées d’athlétisme de classe mondiale.

 

PIERCE LEPAGE REMPORTE UNE PREMIÈRE MÉDAILLE AUX CHAMPIONNATS DU MONDE ET OFFRE UNE FIN HEUREUSE AU CANADA AU DÉCATHLON

La liste de départ de la deuxième journée du décathlon masculin ne comptait pas le champion olympique Damian Warner, qui menait le classement jusqu’à ce qu’il se soit étiré un ischio-jambier au 400 m, cinquième épreuve de la compétition.

Cependant, le Canada a rapidement eu une raison de célébrer à nouveau puisque l’athlète de 26 ans Pierce Lepage a accumulé les records personnels. Après avoir remporté le 110 m haies en 13.68, et réalisé un record personnel au disque grâce à un jet de 53,26 m, il a devancé les 19 autres compétiteurs et menait le Porto Ricain Ayden Owens-Delerme par 18 points.

Cependant, la séance de l’après-midi a été tout à l’avantage du principal concurrent de Lepage, le Français Kevin Mayer, détenteur du record du monde au décathlon. Meyer a devancé Lepage par 40 cm au saut à la perche et par près de 13 mètres au javelot. Quand les athlètes se sont présentés sur la ligne de départ du 1500 mètres pour conclure l’épreuve, Lepage accusait 107 points de retard sur la tête, mais 11 points devant l’Américaine Zachery Zimek au troisième rang.

La course de 1500 m a très peu modifié l’ordre du classement. Lepage a réalisé son meilleur chrono de la saison en 4:42.77, au deuxième rang derrière Mayer et deux places devant Zimek. Son résultat de 8701 points lui a permis d’améliorer sa marque personnelle par 97 points, un total qui lui a valu la médaille d’argent aux Championnats du monde pour la première fois de sa carrière.

« Je me sens tellement bien, c’est difficile à expliquer, dit-il. Je suis toujours passé près à ces Championnats, mais aujourd’hui, j’ai démarré avec deux superbes records personnels auxquels je ne m’attendais pas et j’ai poursuivi sur cette lancée. Je suis heureux d’avoir tenu le coup et de monter sur le podium. »

Lepage dit avoir trainé des problèmes liés à une déchirure de la rotule ces dernières années, mais un accent renouvelé sur sa réhabilitation physique lui a permis de s’entraîner et de concourir à un niveau plus élevé. Son prochain rendez-vous sera celui des Jeux du Commonwealth, mais il a affirmé ne pas y penser avant une soirée de ravitaillement en règle.

« Je suis tellement épuisé, j’irai probablement manger toutes les pizzas au village. »

 

LE RELAIS FÉMININ 4X400 M AU PIED DU PODIUM AVEC UN RECORD PERSONNEL

Équipe Canada, qui comptait six femmes au sein de l’équipe, a anticipé cette course du relais 4×400 m tout au long de ces 10 jours de compétition. En cette dernière soirée de compétition, le groupe sur la piste était composé de Natassha McDonald, Aiyanna Stiverne, Zoe Sherar et Kyra Constantine.

McDonald a donné les devants au Canada avant de passer le témoin à Aiyanna Stiverne qui a glissé au quatrième rang contre des adversaires très relevées, notamment l’Américaine Abby Steiner. À mi-chemin dans l’épreuve, les Américaines, les Jamaïcaines et les Britanniques s’étaient échappées dans la lutte pour les médailles.

Quand le témoin a été remis à Zoe Sherar, qui a remplacé Micha Powell au sein du quatuor pour la finale, elle a lutté avec trois autres athlètes pour maintenir la quatrième position. Elle était toujours à ce rang quand elle a passé le témoin à Kyra Constantine, qui a conclu l’épreuve avec un tour de piste en 50 secondes pour terminer au quatrième rang. Le chrono de 3 :25.18 était trois secondes plus rapides que leur temps de qualification et le quatrième résultat canadien de l’histoire.

 

MOH AHMED TERMINE CINQUIÈME DANS UNE DES COURSES DE 5000 MÈTRES LES PLUS RELEVÉES DE L’HISTOIRE

Tentant de défendre ou d’améliorer sa médaille de bronze de l’édition 2019 des Championnats du monde, Moh Ahmed s’est présenté à la ligne de départ contre l’actuel détenteur du record du monde, le champion du monde en titre, l’homme le plus rapide au monde cette année et plusieurs détenteurs de records nationaux.

Joshua Cheptegei de l’Ouganda, le coureur de 5000 mètres le plus rapide de l’histoire a fait honneur à sa réputation de favori et s’est emparé de la tête dès le départ. Tout le groupe l’a suivi jusqu’au passage du troisième kilomètre en 8:04.

Au quatrième kilomètre, le peloton formait maintenant un train et Ahmed a foncé vers la tête, luttant avec son coéquipier de club Grant Fisher, le Norvégien médaillé d’argent au 1500 m Jakob Ingebrigtsen ainsi que Cheptegei.

Le groupe de tête était maintenant composé de six coureurs avant le dernier tour et Ahmed occupant le troisième rang au passage du dernier virage, à la poursuite d’Ingebrigtsen et du Kenyan Jacob Krop alors que Cheptegei a perdu du terrain et a pris du retard. Les meneurs avaient plus de carburant au carburateur qu’Ahmed alors qu’Oscar Chelimo de l’Ouganda et Luis Grijalva du Guatemala ont devancé le Canadien à quelques mètres du fil d’arrivée. Ahmed s’est projeté sur la ligne d’arrivée et a terminé cinquième.

« Je me suis dit que je pouvais au moins aller chercher la médaille d’argent et poursuivre Ingebrigtsen, a déclaré Ahmed à propos de son approche au dernier tour de piste. Cependant, je suis tombé en panne dans les 50 derniers mètres. C’est tout ce que je peux dire. Il est toujours bon de terminer parmi les cinq meilleurs, considérant qu’il s’agissait du meilleur groupe de finalistes du 5000 mètres de l’histoire. »

 

EVAN DUNFEE PROFITE D’UNE SOLIDE DEUXIÈME MOITIÉ DE COURSE POUR TERMINER SIXIÈME AU 35 KM MARCHE

Très tôt dimanche matin, alors que les confettis de la victoire du Canada au 4×100 mètres de la veille finissaient de tomber, Evan Dunfee s’est lancé dans les rues d’Eugene à un rythme de quatre minutes par kilomètre, dans le cadre de la finale des Championnats du monde de l’épreuve de 35 km marche. Pour le médaillé de bronze olympique en titre au 50 km, la préparation pour une course de deux heures et demie était comme de se préparer pour un sprint.

Se déplaçant confortablement dans un peloton de poursuite, il a franchi le point de mi-parcours au 11e rang, en route vers une amélioration de son record personnel de 2:38.08 réalisé plus tôt cette année. Malgré ses temps de passage plus rapides qu’à l’habitude, l’athlète de 31 ans a mieux réagi à la chaleur que la plupart de ses concurrents et a remonté le classement jusqu’à se retrouver au sixième rang au cours des cinq derniers kilomètres.

Dunfee a franchi la ligne d’arrivée avec un sourire et un chrono de 2:25.02, améliorant sa marque personnelle par 13 minutes.

« Je suis heureux. Je ne sais ce que j’aurais pu faire de mieux, a-t-il écrit sur son compte Twitter après la course. Je suis un gars de 50 km qui participe à une épreuve pour des gars du 20 km. »

Dunfee n’a pas eu trop de choix à s’adapter à une distance plus courte que son épreuve favorite du 50 km, qui a été écartée du programme olympique après les Jeux de Tokyo 2020.

« Je défendrai toujours la valeur du 50 km, mais avec ce que mon corps a traversé, je ne peux pas être malheureux de cette performance. C’était une course mature pour moi. J’ai très bien écouté mon corps. J’aurais vraiment aimé me battre pour une cinquième place, mais je n’avais pas la force pour réaliser cela. »

« J’ai une année maintenant pour découvrir comment devenir un spécialiste du 35 km. Allons-y! »

 

UN RECORD PERSONNEL POUR HARRISON QUI S’ARRÊTE EN DEMIFINALE DU 100 M HAIES

Dans une demi-finale du 100 m haies qui a vu la réédition du record du monde et de cinq records nationaux, Michelle Harrison a suivi la tendance et a couru la course la plus rapide de sa vie.

La spécialiste des haies de Saskatoon a été parfaite en réalisant un chrono de 12.74 secondes, soit six centièmes de secondes de mieux que sa marque précédente. Cela lui a procuré le quatrième rang de sa vague et le 14e rang au total, à 24 centièmes de secondes d’une place en finale.

« Il s’agit de ma première course cette année contre des adversaires aussi rapides alors j’ai simplement tenté de rivaliser avec les autres et d’offrir ma meilleure performance. Heureusement, j’en ressors avec un record personnel. »

Participant à la troisième vague des demi-finales, Harrison a affronté un groupe de femmes au sommet de leur art. Dix minutes avant sa course, elle a appris que la Nigériane Tobi Amusa a établi un record du monde en 12.12 secondes dans la deuxième vague. L’annonce de ce record a poussé la Canadienne à trouver d’autres ressources et à repousser ses limites.

« C’était plutôt palpitant. Ça m’a donné la motivation d’exécuter ma course avec aplomb. »

 

La photo et l’actualité avec la permission de l’Athlètisme Canada.