Nouvelles de l'ISHPO
Nouvelles générales

BELL TRIALS – RÉSUMÉ DU JOUR 4 – MITTON LA MEILLEURE AU MONDE, PUIS BROWN DEVANCE BLAKE AU 100 M

Athletics athlete running at World Championships.

La quatrième journée des Championnats canadiens d’athlétisme Bell a été remplie de finales et restera dans les mémoires pour ses finales intenses du 100 m, ses finales enflammées du 800 m et une performance de niveau mondial au lancer du poids qui a fait se presser les fans dans le cercle pour être témoins de l’histoire.

Voici un récapitulatif des événements de la journée.

MITTON RÉALISE LA MEILLEURE PERFORMANCE MONDIALE DE L’ANNÉE ET ABAISSE SON RECORD CANADIEN

Sarah Mitton a rugi quand elle a effectué son sixième et dernier jet de l’épreuve féminine de lancer du poids en fin de matinée samedi. Elle est demeurée dans le cercle après son cri puis s’est tenue en silence, tout comme le reste de la foule de spectateurs qui s’était réunie derrière elle et autour de l’anneau de lancer. Tous attendaient en silence alors qu’un officiel mesurait la distance franchie par l’engin.

« 20 mètres 33 », a lancé l’officiel. La foule s’est mise à applaudir et à acclamer Mitton, qui retenant ses larmes, distribuant les tapes dans les mains des gens qu’elle croisait. Elle est ainsi devenue la première Canadienne de l’histoire à franchir le cap des 20 mètres, abaissant son propre record canadien par près d’un mètre. Non seulement cela, elle venait aussi d’offrir la meilleure performance de l’année dans le monde en 2022, devançant l’ancienne numéro un mondiale Jiayuan Song de la Chine par 13 centimètres.

« Nous venons de réaliser ma vision, a déclaré Mitton, une dizaine de minutes après sa victoire. Mon entraîneur (Richard Parkinson) et moi avons pris une photo hier, tenant l’affiche de 20 mètres au tableau de pointage. Il m’a dit de ne pas trop me projeter trop loin, mais je crois avoir visualisé cette performance. J’ai simplement cru que je pouvais y arriver, peu importe comment. » Mitton compte maintenant participer à la rencontre de la Diamond League de Stockholm au début de la semaine prochaine avant de rentrer à Edmonton pour une rencontre invitation en préparation des Championnats du monde le 3 juillet, en vue des Mondiaux de World Athletics, à Eugene en Oregon.

LES PARTENAIRES D’ENTRAÎNEMENT BROWN ET BLAKE FONT LE SPECTACLE

Les deux meilleurs sprinters présents à Langley cette semaine ont gardé leurs meilleures courses de la saison pour la demi-finale. Deux fois médaillé olympique au relais 4×100 mètres, Aaron Brown a soulevé la foule en franchissant la ligne d’arrivée en 10.07 secondes. L’athlète de 30 ans semblait être le grand favori jusqu’à ce que son partenaire d’entraînement Jerome Blake fasse mieux encoure dans la vague suivante. Blake a réalisé le meilleur 100 mètres de l’année par un Canadien en 2022 en stoppant le chrono à 10.00 secondes pile, avant de ralentir jusque dans la fosse de saut en longueur, soulevant les bras en triomphe.

L’histoire a toutefois été différente en finale. Cette fois, Brown a fait preuve de calme et a tenu bon contre Blake pour remporter un neuvième titre national en carrière devant un stade rempli à craquer. Son temps de 10.16 lui a permis de devancer les 10.19 secondes de son rival. Brown, dont le record personnel est de 9.96 secondes, et il croit pouvoir courir plus vite. Il a dit avoir remarqué la victoire de Fred Kerley en 9.73 secondes au 100 mètres des essais américains ce weekend, mais que ce temps plus rapide ne l’effraie point.

« J’aime la compétition. Je ne suis pas intimidé par personne à ce point dans ma carrière, a raconté Brown. Je sais ce que je peux faire… ils ont possiblement atteint cette vitesse incroyable, mais quand on se retrouvera sur cette piste, ils devront le faire à nouveau, et le faire devant moi. Nous verrons bien. J’aime les défis. »

KELLYAROP DEVANCENT LEURS RIVAUX DE PEU DANS LES FINALES DU 800 M

Marco Arop et Brandon McBride, les deux hommes les plus rapides de l’histoire canadienne au 800 mètres à six centièmes de seconde d’écart, ont ajouté un chapitre à leur rivalité qui date de quelques années en finale des Essais canadiens Bell de cette année.

McBride détient possiblement le record canadien de 1:43.20, mais c’est Arop, le Calgarien de 24 ans qui a volé la vedette samedi soir, décrochant l’or en 1:44.39. Prenant les devants au deuxième tour de piste, Arop a tiré McBride sous le critère pour les Mondiaux, aidant l’athlète de 27 ans de Windsor en Ontario à réaliser sa meilleure course de la saison en 1:45.15.

La course féminine a été encore plus serrée. Maddy Kelly de Hamilton a devancé sa rivale Lindsey Butterworth par trois centièmes de seconde avec un chrono de 2:00.82. Kelly, dont le record personnel est de 1:59.71 est toujours légèrement à court du critère pour les Mondiaux, mais elle dit espérer que son classement mondial lui permettra d’obtenir un billet pour les Championnats du monde à Eugene.

« C’était le meilleur scénario, a déclaré Kelly. La marge qui me sépare de Lindsey est très mince alors c’est une question de voir dans quelle direction soufflera le vent. Je suis heureuse que ce fut mon tour aujourd’hui. »

CAMRYN ROGERS DEMEURE LA REINE DU MARTEAU

Quelques semaines après avoir abaissé son propre record canadien avec un jet de 77,67 mètres, Camryn Rogers a une fois de plus démontré sa domination au marteau en se hissant deux mètres au-dessus de sa plus proche rivale pour décrocher le titre national. Son meilleur lancer de 75,33 mètres a été son quatrième de six lancers de l’épreuve.

« Nous avons démontré aujourd’hui que nous sommes prêts à foncer. Je serai heureuse d’être de retour dans le cercle dans trois semaines. »

La championne en titre de la NCAA et finissante chez les Golden Bears de l’Université de la Californie a dit qu’elle peinait à garder le contrôle à mi-lancer, alors qu’elle a fait contact visuel avec les nombreux partisans qui entouraient la cage, notamment ses parents.

« Je l’ai ressenti avant d’entrer dans le cercle et je travaillais tellement dur à garder mon calme et à ne pas même sourire… sachant que je comptais sur un aussi grand nombre de supporteurs à mes côtés. C’était incroyable. »

Rogers aussi félicité sa plus proche rivale et Olympienne des Jeux de Tokyo 2020 Jillian Weir, qui a pris le deuxième rang en 73,12 mères. Ces deux athlètes sont les seules Canadiennes à avoir franchi le critère pour les Championnats du monde qui s’élève à 72,50 m.

LOVETT REÇOIT L’AMOUR DE LA FOULE LOCALE

Originaire de Langley, Django Lovett a facilement remporté l’épreuve masculine de saut en hauteur devant une foule locale, franchissant confortablement la barre à 2,20 mètres.

L’Olympien des Jeux de Tokyo 2020, qui est récemment rentré au pays après une tournée d’Europe et une participation sur le circuit de la Diamond League, était évidemment le grand favori de l’épreuve.

« Cette semaine à Langley a été un peu renversante, a-t-il avoué. Il y avait tellement de parents et d’amis ici, c’était facile d’être distrait, mais de la meilleure façon possible. J’ai ressenti l’amour et les encouragements. C’était très spécial. »

Lovett, dont la marque personnelle s’élève à 2,33 mètres occupe le quatrième rang de l’histoire canadienne. Il a qualifié son saut de correct malgré la Victoire et il dit vouloir travailler sur quelques éléments techniques avant de s’attaquer aux Championnats du monde en juillet.

STIVERNE REMPORTE LE 400 MÈTRES ET S’INVITE DANS LA CONVERSATION POUR LES MONDIAUX

La finale du 400 mètres était présentée comme une confrontation opposant Lauren Gale, Kyra Constantine et Natassha McDonald, les trois seules Canadiennes à avoir déjà décroché leur place aux Championnats du monde de World Athletics 2022 au 400 mètres. Cependant, la quatrième favorite Aiyanna Stiverne avait une autre idée en tête. Courant dans le couloir 4, l’athlète de 27 ans a devancé Gale par quatre dixièmes de seconde pour le premier rang, réalisant un record personnel en 51.21 secondes. Elle a ainsi amélioré sa marque par près d’une demi-seconde, encore mieux que le critère pour les Mondiaux de 51.35 secondes.

« Je suis renversée, a déclaré Stiverne. J’ai raté Tokyo l’an dernier et cela a certainement pesé lourd sur mes épaules. (Plus récemment), j’ai affronté les situations un jour à la fois, ne pensant même pas à la semaine précédente. »

Stiverne a déjà confirmé sa participation aux Jeux du Commonwealth 2022 à Birmingham au mois d’août, mais elle espère aussi être nommée au sein d’Équipe Canada pour les Championnats du monde de World Athletics à Eugene en Oregon au mois de juillet.

La photo et l’actualité avec la permission de Athlétisme Canada.